29 janv. 2013

Myrmes, je suis le roi des fourmis

Misanthrope et petit
Tyrannique et gentil
Pas d'impôts sur la vie
Vision d'un paradis
10 000 sont mes petits

Citer du Polnareff, quoi de mieux pour commencer un article.

La fourmilière, un thème peu utilisé. Pourtant quand on cherche un animal spécialiste de la gestion on pense souvent à la fourmis. En tous cas bien plus qu'à la cigale, cette connasse qui pense qu'a danser.

Donc Yohan Levet, l'auteur de Myrmes à réparer cette injuste en dédiant son jeu à ces petits insectes travailleurs.

Dans Myrmes on gère une colonie de fourmis. Chacun possède donc un  plateau qui représente sa fourmilière et le plateau central représente un bout de pré, sur lequel il y a des petites bestioles hostiles. Enfin hostiles pour des fourmis.


Lorsqu'une fourmis sort de la fourmilière elle va laisser une phéromone, qui servira à s'approprier, temporairement, une zone du plateau, et aussi à récupérer des ressources.

Durant le jeu on va aussi avoir l'occasion de faire évoluer sa fourmilière, et de créer de nouvelles fourmis. Car une colonie est toujours en expansion sous peine de mourir. On peut donc créer des larves, des ouvrières, des nourrices et des guerrières.
Chaque type de fourmis à bien sur une fonction particulière, comme on pourrait s'en douter.

Le jeu se déroule en 3 années, chacune étant découpé en 4 saisons (comme chez Vivaldi) durant le printemps, l'été et l'automne on réalise les différentes actions pour pouvoir survivre à l'hiver.
Durant les saisons un dé donne un bonus pour certaines actions (sauf durant l'hiver).

Il faut donc prévoir en début d'année les différentes actions que va devoir faire pour, non seulement marquer des points, mais aussi pour avoir assez de nourriture durant l'hiver.

C'est un bon jeu de gestion, attention toutes fois, malgré son apparente facilité, pour bien jouer, et espérer gagner il faut prévoir très en amont. Prévoir en début de saison ce qu'on va faire sans avoir une vue globale de l'année est le piège de débutant.

Il ne faut pas non plus perdre de vue les objectifs, car le second à réaliser un objectif donne des points au premier qui a réalisé l'objectif. Il faut donc jauger le bon moment en regardant ce que font vos adversaires.

Il faut aussi surveiller un peu le plateau central pour éviter de se faire coincer dans une partie du plateau où il n'y a plus de ressource facilement exploitable.

Le jeu est assez fluide, car la phase de répartition des différentes actions est simultanée. Les différentes actions des joueurs vont ensuite assez vite.
Les parties sont rapides, en 45 minutes à 1h on fait une partie.

Au niveau matériel, rien à redire, les petites figurines de  fourmis sont toutes mignonnes ; les cubes en bois, ils ont l'habitude chez Ystari.

Si vous n’êtes pas convaincus ou que vous avez peur de toucher les petits insectes en plastique (que vous soyez insectophobe ou plasticophobe) vous pouvez allez le tester sur le site Boite à jeux.





Enregistrer un commentaire